La Ventilation mécanique contrôlée est un équipement indispensable pour maintenir une bonne qualité de l’air dans son logement. Vous hésitez entre une VMC hygro A et une VMC hygro B ? Nous vous aidons à y voir plus clair pour faire le bon choix !

Grâce à la VMC, l’air pollué est capté dans la pièce (par exemple après une douche ou lors de la préparation de repas). En optant pour une VMC hygroréglable, vous bénéficiez d’une solution plus performante puisque la ventilation varie selon le taux d’humidité détecté.

VMC hygro A : comment ça marche ?

La VMC hygro A  s’accompagne de bouches d’extraction hygroréglables : cela signifie que le débit est variable, selon le taux d’humidité dans la pièce. Lorsque le capteur décèle une hausse du taux d’humidité, le débit d’air extrait est optimal. Des entrées d’air autoréglables, à débit fixe, sont associées à ce type de VMC. Le volume d’air frais insufflé dans la pièce est de ce fait constant.

Une VMC hygroréglable est particulièrement utile pour assainir l’air de la salle de bain.

VMC hygro B : comment ça marche ?

Là encore, la VMC est dotée de bouches d’extraction hygroréglables permettant la modulation du débit selon le taux d’humidité. La grande différence avec le modèle de type A se trouve au niveau des entrées d’air : dans une VMC hygro B, ces entrées d’air sont elles aussi hygroréglables. La qualité de ventilation est ainsi meilleure puisqu’elle s’adapte aux besoins des habitants et à leurs habitudes. Le contrôle de l’humidité est plus précis.

Comment faire son choix ?

Les deux équipements s’installent de la même manière, avec un niveau d’encombrement réduit. La VMC hygro B est certes un peu plus chère mais le surcoût est compensé par un meilleur confort. Des économies d’énergie sont en outre réalisées puisque la ventilation s’ajuste selon les besoins, les déperditions de chaleur sont ainsi réduites. Si vous souhaitez équiper un logement neuf et réaliser des travaux de rénovation dans votre maison, cette option s’avèrera plus performante et économique sur la durée.

Noëlle Hermal © AdC – L’agence de contenu

A lire aussi dans le Magazine :