Créées pour aider les particuliers à mener des travaux de rénovation, les aides financières de l’Etat ne sont plus une nouveauté. Vous êtes en effet déjà très nombreux à les connaître. Seul hic, les critères d’attribution de ces subventions changent si souvent qu’il est parfois difficile de s’y retrouver. Avec notre synthèse des aides 2021, vous y verrez plus clair !

Du changement du côté de MaPrimeRénov’

En rajoutant du budget fin 2020 pour renforcer son dispositif, l’Etat a permis d’ouvrir MaPrimeRénov’ à tous les foyers, quel que soit leur niveau de revenu. Autrefois réservée aux propriétaires occupants, cette aide à la rénovation énergétique devient aussi accessible aux propriétaires bailleurs et syndicats de copropriété. Attention, pour en bénéficier, vous devez faire appel la plupart du temps à un professionnel qualifié RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

A titre d’exemple, pour l’installation d’une chaudière à très haute performance énergétique, le montant de l’aide va de 800 € à 1 200 €, pour s’équiper d’un chauffe-eau thermodynamique, de 400 à 1 200€, d’une chaudière à bois alimentation manuelle, de 3000 à 8000 €, pour isoler vos murs par l’extérieur, de 15€/m2 à 75€/m2. De plus, un forfait « rénovation globale » et des bonus pour sortir du statut de passoire thermique ou devenir « bâtiment basse consommation » sont également disponibles.

MaPrimeRénov’ est cumulable avec les aides des fournisseurs d’énergies et celles des collectivités locales ainsi que la TVA à 5,5%.

L’éco-prêt à taux zéro se poursuit

Déjà en place depuis de nombreuses années, l’éco-PTZ reste d’actualité au moins jusqu’au 31 décembre 2021. Cette aide s’adresse à tous les propriétaires d’une résidence principale de plus de 2 ans, sans condition de ressource. Pour aider les ménages à financer leurs travaux de rénovation énergétique ou thermique, le montant du prêt peut aller de 7 000€ à 30 000€. Les travaux éligibles sont par exemple un changement de fenêtre, l’isolation d’une toiture, de planchers bas ou encore le remplacement d’un système de chauffage vétuste. Détail à connaître, la somme prêtée devra être remboursée dans les 15 ans.

Les aides des fournisseurs d’énergie

Dispositif encadré par l’Etat, les certificats d’économies d’énergie permettent aux fournisseurs d’énergie et/ou carburants d’aider les foyers à réduire leurs consommations énergétiques. Ces subventions peuvent prendre plusieurs formes : primes, diagnostics ou prêts bonifiés. Complétés parfois d’aides « Coup de pouce », les CEE viennent surtout subventionner les projets de rénovation énergétiques de foyers modestes et très modestes. Une liste de travaux éligibles est disponible en ligne. Citons par exemple l’installation d’une pompe à chaleur air/eau ou eau/eau, d’une chaudière à haute performance énergétique ou encore un chauffe-eau solaire.  Attention, ils doivent êtres réalisés par un professionnel RGE.

Sortir de la précarité énergétique avec les programmes de l’Anah

L’Agence nationale de l’habitat a mis en place deux programmes : Habiter Mieux et Habiter Mieux sérénité. Ils sont réservés aux ménages très modestes, propriétaires bailleurs ou occupants de logement de plus de 15 ans. Selon les revenus, l’aide Habiter Mieux sérénité peut atteindre 35 ou 50% du montant des travaux d’économies d’énergie réalisés. Sous conditions, il est aussi possible de compléter cette aide avec la prime Habiter Mieux de 10% ou le bonus « sortie de passoire énergétique » ou « bâtiments basse consommation » de 1 500 €. Le montant des budgets travaux sont plafonnés et ces aides peuvent se cumuler avec celles des collectivités territoriales. Des conseillers du réseau FAIRE sont à votre disposition pour vous aiguiller.

Une TVA toujours réduite pour les travaux de performance énergétique

Disponible à la fois pour les résidences principales et secondaires de plus de 2 ans, la TVA à 5,5% au lieu de 10% s’applique sur des projets de rénovation du type installation d’une ventilation, travaux de plomberie ou d’étanchéité, ou encore remplacement de vieux appareils de production d’eau chaude par des modèles plus performants. Renseignez-vous car certains travaux, comme l’installation d’une chaudière à gaz qui n’est pas à haute performance énergétique, peuvent être exclus.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter le guide des aides 2021 de l’Ademe ou faites vos simulations de budget sur le site du gouvernement SIMUL’AIDES.

Stéphanie Agnès © AdC – L’Agence de Contenu

A lire aussi dans le Magazine :