Chaque année, des changements ont lieu concernant les aides financières auxquelles vous avez droit lorsque vous faites réaliser des travaux de rénovation énergétique chez vous. Suivez le guide pour 2019 !

Rénover votre logement existant vous donne droit à des aides financières. Alors, pour économiser au maximum, faites valoir vos droits et profitez de ces coups de pouce de la part de l’Etat. Attention, pour en bénéficier, vous devez impérativement faire appel à une entreprise labélisée RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

Le CITE

Le Crédit d’Impôt à la Transition Energétique vous permet de déduire une partie du montant de vos travaux  de rénovation énergétique de votre impôt sur le revenu. Son taux oscille entre 15 et 50 % du montant de vos dépenses, selon la nature de vos travaux (changement d’équipements de confort thermique, isolation thermique…).

Principales nouveautés de 2019 : le CITE couvre dorénavant de nouveaux travaux, comme l’installation de chaudières à très haute performance énergétique (hors fioul), le remplacement de vos fenêtres (double ou triple vitrage), la dépose d’une cuve à fioul ou encore la pose de nouveaux équipements de chauffage basés sur une source d’énergie renouvelable. Les dépenses prises en compte sont plafonnées à 8 000 € pour une personne seule et à 16 000 € pour un couple. A noter : le CITE est toujours cumulable avec l’éco-prêt à taux zéro.

L’éco-prêt à taux zéro

L’éco-prêt à taux zéro vous permet de financer vos travaux de rénovation énergétique sans avoir à payer d’intérêts.

Sachez que des changements ont eu lieu au 1er mars 2019 et d’autres interviendront au 1er juillet 2019, visant à renforcer ce dispositif. Depuis le 1er mars, vous n’avez plus à faire un bouquet de travaux pour pouvoir en bénéficier : un seul type de travaux vous permettra d’obtenir un éco-prêt à taux zéro. Par ailleurs, cette aide financière sera éligible pour tous les logements de plus de deux ans. Elle prendra également en charge les travaux d’isolation des planchers bas. La durée du prêt sera uniformisée à 15 ans.

Un changement, cependant, vous ne pourrez avoir droit à un second éco-prêt à taux zéro que 5 ans après l’obtention de votre premier éco-PTZ – contre 3 ans auparavant.

La TVA à taux réduit

Les travaux d’amélioration énergétique de votre logement de plus de deux ans bénéficient d’un taux de TVA réduit à 5,5 %. Cela concerne la pose, l’installation et l’entretien de nouveaux équipements et matériaux.

Les Certificats d’Economies d’Energie (CEE)

Pensez aussi aux Certificats d’Economies d’Energie, délivrés par les entreprises de fourniture d’énergie, à l’instar de Total et EDF. Le CEE peut prendre la forme de prêts avantageux, de bons d’achat, de remises… Vous pouvez avoir également droit à un « coup de pouce chauffage » ou à un « coup de pouce isolation », sous la forme de primes exceptionnelles, si vous faites partie des ménages les plus modestes.

Les aides de l’Anah

L’Agence nationale de l’habitat (Anah) continue son programme « Habiter mieux » en 2019. Les ménages les plus modestes peuvent en bénéficier pour limiter leurs dépenses énergétiques. Cette aide prend également en compte la date de construction de votre logement.

Le Chèque Energie

Cette aide permet d’adoucir le paiement de vos factures d’énergie. Elle varie entre 48 et 277 € selon vos ressources et vise les ménages les plus modestes. Depuis le 1er janvier 2019, cette aide concerne tous les ménages dont le revenu fiscal de référence annuel par unité de consommation est inférieur à 10 700 €. Il n’y a aucune démarche à entreprendre pour recevoir votre Chèque Energie. Il vous est automatiquement adressé !

Aurélie Charpentier © AdC

A lire aussi dans le Magazine :