Supprimé en juin 2018, le crédit d’impôt sur les fenêtres revient en force cette année. Une bonne nouvelle pour les ménages souhaitant rénover leur logement.

Le gouvernement vient de faire marche arrière en matière de Crédit d’impôt sur la transition énergétique (CITE). S’il avait annulé ce dispositif d’aides financières sur les fenêtres, volets et portes en juin dernier, il vient de le remettre en place depuis le mois de janvier 2019. Une annonce bienvenue si vous souhaitez revoir l’isolation de votre maison et ainsi bénéficier d’économies d’énergie.

Remplacez vos fenêtres par du double vitrage

D’après l’Ademe, trois points sont à prendre en compte au moment de changer vos fenêtres : la nature de la menuiserie, la performance du vitrage et la qualité de la mise en œuvre. Faites donc appel à des artisans qualifiés et détenant le label RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).  Vous pourrez ainsi obtenir un crédit d’impôt de 15 % plafonné à 100 € par fenêtre en optant pour une entreprise labellisée RGE et du double ou du triple vitrage. Pensez également à installer des volets, efficaces aussi bien en hiver pour limiter les déperditions de chaleur, qu’en été pour empêcher le soleil de trop chauffer votre intérieur.

Revoyez l’isolation de votre maison et votre chauffage

Si opter pour du double (ou du triple) vitrage est une bonne idée, cela ne suffira cependant pas à diminuer significativement vos factures de chauffage. En effet, toujours selon l’Ademe, seulement 10 à 15 % des déperditions de chaleur se font par les fenêtres. Pensez donc aussi à l’isolation de vos combles, de vos murs, ainsi qu’au remplacement de votre système de chauffage vieillissant. Vous pourrez ainsi réaliser jusqu’à 45 % d’économies sur vos factures de chauffage en optant pour des radiateurs électriques chaleur douce. Et jusqu’à 30 % en remplaçant votre vieille chaudière à gaz par une nouvelle chaudière à condensation. Au final, vous bénéficierez de plus de confort dans votre maison, tout en réduisant vos factures d’énergie.

Aurélie Charpentier © AdC

A lire aussi dans le Magazine :