le-magazine-atlantic-eco-pret-taux-zero-coproprietesC’est une bonne nouvelle pour tous ceux qui habitent en copropriété. Depuis le 1er janvier 2014, les syndicats de copropriétaires peuvent eux aussi bénéficier d’un éco-prêt à taux zéro pour financer la réalisation de certains travaux de rénovation énergétique.

Depuis le 1er janvier 2014, les copropriétés ont également le droit à l’éco-prêt à taux zéro. Comme pour les particuliers, ce qui est visé ici, c’est la performance globale. Aussi, plus les travaux seront cohérents plus la somme de prêt consentie sera importante, passant de 10 000 € pour une action simple à 30 000 € par logement en cas de bouquet de travaux.

Une aide à la rénovation performante et efficace

Trois types de travaux sont éligibles à l’éco-prêt copropriétés :

–     Les travaux correspondant à au moins une action efficace d’amélioration de la performance énergétique (isolation thermique des toitures, des murs extérieurs, des menuiseries, installation, régulation ou remplacement de systèmes de chauffage ou de production d’eau chaude sanitaire, installation d’équipements de chauffage ou d’eau chaude sanitaire utilisant une source d’énergie renouvelable).

Désormais, l'éco-prêt à taux zéro concerne également  les copropriétés.  (© cyril magnin - Fotolia.com)

Désormais, l’éco-prêt à taux zéro concerne également les copropriétés.
(© cyril magnin – Fotolia.com)

–     Les travaux préconisés par un bureau d’études, permettant d’atteindre une performance énergétique globale minimale du bâtiment, achevé après le 1er janvier 1948.

–     Les travaux de réhabilitation de systèmes d’assainissement non collectif par des dispositifs ne consommant pas d’énergie.

Une aide pour les résidences principales

Attention, un seul éco-prêt peut être consenti par bâtiment de la copropriété. Toutefois, un copropriétaire peut en  souscrire un autre, dit « complémentaire », pour financer des travaux dans son propre logement. Attention également à l’âge de votre immeuble ! Car les bâtiments achevés après le 1er janvier 1990 ne peuvent bénéficier de cette aide. Même restriction si plus de 25 % des quotes-parts de l’immeuble sont assignées à un autre usage que les résidences principales.

En dehors de ces conditions, reste toutefois une dernière difficulté : se mettre d’accord. La réalisation de travaux d’économie d’énergie, comme le recours à l’éco-prêt copropriétés,  doivent être votés en assemblée générale.

Aurélie Cheyssial © AdC

Vous habitez dans une copropriété ? Que pensez-vous de cette nouvelle aide à votre disposition ?  

A lire aussi dans le Magazine

Pour aller plus loin :