En novembre 2020, le ministère de la transition écologique a pris une décision forte en faveur de l’environnement : sortir progressivement des énergies fossiles en interdisant le chauffage au gaz pour les constructions neuves à compter de 2022. Cette décision satisfait les écologistes mais soulève aussi quelques questions. Quid des systèmes de chauffage vétustes à remplacer ? Car la chaudière au gaz reste une bonne option en rénovation. Réponses.  

Le point sur la Réglementation Environnementale 2020 (RE 2020)

En actant l’interdiction des chauffages au gaz individuels ou collectifs dans les logements neufs, le gouvernement continue de faire avancer sa stratégie bas-carbone. La RE 2020 vise la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) en limitant la consommation de gaz non vert et en imposant l’utilisation de matériaux de construction biosourcés. Objectif ? Faire baisser les émissions de CO2 du secteur du bâtiment de 15% en 2025, 25% en 2028 et de 30 à 40% en 2031.

Pour remporter ce défi, la nouvelle règlementation fixe un plafond d’émissions carbone à ne pas dépasser de 4kgCO2/m2 par an sur toute la durée de vie d’une maison individuelle. Il est applicable dès le 1er janvier 2022. Automatiquement, les chauffages au gaz, même très performants énergétiquement, sont exclus.

Pour les habitations collectives, la RE 2020 s’assouplit en proposant une transition progressive entre 2022 et 2025. Le premier seuil sera fixé à 14kgCO2/m2/an pour se durcir ensuite à 6kgCO2/m2/an. Dans l’intervalle, l’installation d’un chauffage au gaz collectif sera encore possible (si les performances énergétiques du bâtiment sont suffisantes, bien évidement).

Que dit la RE 2020 à propos de la rénovation ?

Si vous souhaitez rénover votre chauffage existant, pas d’inquiétude, vous pouvez toujours choisir un système fonctionnant au gaz. D’ailleurs, les représentants de la filière du biogaz déplorent que cette source d’énergie renouvelable ne soit plus accessible aux logements neufs. Ils mettent tout en œuvre actuellement pour assurer un développement conséquent du gaz vert dans les années à venir. Si vous occupez une ancienne habitation, c’est une bonne nouvelle. A terme, vous pourrez réduire votre empreinte carbone grâce à la consommation de gaz vert couplé à un système de chauffage au gaz performant.

Economie et performance énergétique grâce au chauffage gaz

Bien que cette règlementation semble vouloir évincer les systèmes de chauffage au gaz du marché, ces équipements sont aujourd’hui des solutions de choix au regard des économies d’énergie qu’ils permettent. Avec un système de récupération de l’énergie dans la vapeur d’eau produite lors de la combustion, les nouvelles chaudières consomment beaucoup moins de gaz et affichent des rendements supérieurs à 100%.

En troquant un système de chauffage vétuste pour une chaudière à condensation dernière génération, vous pouvez réaliser jusqu’à 35% d’économie sur votre facture d’énergie. Avec un budget chauffage annuel de 1000 €, vous économisez donc 350 € par an. En quelques années, votre chaudière au gaz THPE sera rentabilisée !

Enfin, sachez que le coût d’une chaudière à très haute performance énergétique (THPE) varie entre 3 000 et 7 000 €. Selon les ressources du ménage, il est possible de bénéficier d’aides financières (MaPrimeRénov’ et Coup de pouce chauffage) pour réduire votre investissement initial. De plus, en rénovation, une chaudière à gaz s’installe très facilement. Pas besoin de lourds travaux, c’est un bon avantage pour les petits budgets !

Stéphanie Agnès © AdC – L’Agence de Contenu

A lire aussi dans le Magazine :

Installation gaz dans un logement : les fondamentaux
Chaudière murale gaz ou sol ?
MaPrimeRenov
Quel chauffage choisir ?