La production d’eau chaude sanitaire est un poste de consommation d’énergie non négligeable puisqu’elle représente 12,1% de la consommation moyenne d’un foyer*. Comment revoir cette dépense à la baisse ? Ecologiques et économiques, les chauffe-eau solaires et thermodynamiques constituent une alternative intéressante… Le point sur leurs caractéristiques pour vous aider à choisir !

Chauffe-eau thermodynamique : comment ça marche ?

Le CETHI (Chauffe-eau thermodynamique individuel) est en plein essor depuis quelques années, porté par le marché de la rénovation qui représente 75% des installations**. De fait, il constitue une excellente option si vous souhaitez remplacer un chauffe-eau vieillissant, au profit d’un équipement à la fois performant et économe en énergie.

Concrètement, le CETHI est constitué d’un ballon chaude et d’une pompe à chaleur, laquelle permet de capter les calories présentes dans l’environnement (air, eau, sol) afin d’assurer la production d’eau chaude. Les CETHI aérothermiques, exploitant les calories de l’air ambiant, sont cependant les plus couramment adoptés. C’est grâce à l’utilisation de cette énergie gratuite que le chauffe-eau thermodynamique se révèle particulièrement économique : le gain peut atteindre 75% par rapport à un ballon électrique traditionnel !

Installation du chauffe-eau thermodynamique

Le CETHI trouve sa place dans un local de la maison : une buanderie, un garage, une cave… Ce lieu doit être hors gel, pour permettre le bon fonctionnement de la pompe à chaleur. Dans une pièce chauffée, optez pour un chauffe-eau thermodynamique monobloc gainé, sur air extérieur. Vous éviterez ainsi les déperditions de chaleur, le CETHI ayant pour conséquence de refroidir l’air ambiant lors de la captation des calories, ainsi que la surconsommation – l’appareil captant les calories de votre système de chauffage.

Le chauffe-eau thermodynamique Calypso connecté, d’Atlantic : des économies d’énergie à la clé.

Dans un logement de superficie limitée, ne disposant pas d’un volume habitable permettant d’accueillir l’installation d’un chauffe-eau avec sa pompe à chaleur, un CETHI en mode split est conseillé : le chauffe-eau est installé à l’intérieur, à l’instar d’un chauffe-eau classique, puis relié à l’unité extérieure.Enfin, sachez que ce chauffe-eau est une solution adaptée aussi bien dans le neuf qu’en rénovation !

Chauffe-eau solaire : comment ça marche ?

Le CESI (Chauffe-eau solaire individuel) fonctionne avec un ballon d’eau chaude couplé à des capteurs solaires placés sur le toit ou sur la terrasse. La surface de panneaux requise est de 4m² en moyenne : elle varie selon le niveau d’ensoleillement de votre région. Le ballon d’eau sera obligatoirement couplé à un système d’appoint (résistance électrique intégrée ou chaudière) afin de garantir la production d’eau chaude.

Là encore, il s’agit d’un équipement écologique qui exploite une énergie gratuite et renouvelable. Le niveau d’économie d’énergie varie de 50 à 70% par an.

Installation du chauffe-eau solaire

Plus complexe que celle du CETHI, l’installation du chauffe-eau solaire implique une demande d’autorisation auprès de la mairie. Il s’agira d’une déclaration préalable de travaux, pour une maison existante. Dans le cadre d’un projet neuf, l’installation solaire devra figurer dans votre demande de permis de construire.

Côté capteurs, plusieurs solutions existent : capteurs plans vitrés (les plus courants), capteurs sous vides (les plus efficaces mais aussi les plus coûteux) et enfin les capteurs souples (appelés « moquettes »), conseillés dans les régions chaudes. Demandez conseil à votre installateur pour trouver la solution la plus adéquate !

Quelles aides financières ?

Le CETHI comme le CESI donnent droit à des aides financières : crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), prime énergie, éco-prêt à taux zéro, aides de l’ANAH, TVA à taux réduit à 5,5%, voire des aides accordées par les collectivités locales. Si les deux types de chauffe-eau sont intéressants, sachez que le budget diffère : comptez un budget moyen de 2000€ à 3500€ pour le chauffe-eau thermodynamique et une fourchette comprise entre 3000€ et plus de 5000€ pour le chauffe-eau solaire.

Noëlle Hermal © AdC

*Source Ademe
** Les Fiches techniques de l’Ademe

A lire aussi dans le Magazine :