Dans quels cas privilégier un chauffage au sol ?

  • Publié le 19.02.2021
  • Temps de lecture : 3 min
  • ♥ 0 réaction

Chaleur homogène, invisibilité et économies d’énergie : le chauffage au sol est une solution performante qui peut s’envisager dans le neuf ou en rénovation. Dans quels cas l’adopter et comment se déroule l’installation ? Etienne Jarrige, gérant de la société Etienne’Elec, nous aide à y voir plus clair.

Les atouts du chauffage au sol

Moins fréquent que les installations électriques ou au gaz, le chauffage au sol n’en est pas moins judicieux. « C’est une installation efficace et très pratique, notamment dans une maison où il y a un enjeu esthétique puisque le chauffage est totalement invisible », explique Etienne Jarrige. « C’est aussi un choix intéressant lorsqu’il existe une contrainte de place car l’ensemble de l’espace au sol reste disponible pour l’aménagement intérieur ». De fait, plus besoin de prévoir l’emplacement d’un ou deux radiateurs dans chaque pièce. Les sols mais également les murs peuvent être exploités librement pour la décoration et l’ameublement. « Les gens restent parfois bloqués sur le chauffage au sol d’il y a 50 ans, qui montait à 60 °C et était accusé d’occasionner des phlébites ! C’est totalement différent avec les produits actuels. Le sol monte à 25 ou 26°C sur l’ensemble de la pièce. La montée en chauffe est assez rapide et homogène, sans excès. Un enfant peut évidemment jouer au sol sans aucun danger. »

Chauffage au sol : dans le neuf ou en rénovation ?

Plusieurs types d’installations existent qui rendent le chauffage au sol adapté aussi bien dans un projet de construction neuve qu’en rénovation. « Un produit comme Soleka d’Atlantic est très bien en rénovation puisque la pose s’effectue directement sur les sols existants. Je le conseille particulièrement lorsqu’on souhaite rénover l’installation d’une pièce pour gagner en confort : une salle de bain, un salon… », explique Etienne Jarrige. Pour un chantier neuf, le chauffage au sol sera intégré dans la conception globale avec une mise en œuvre spécifique. « Atlantic ou un bureau d’études réalise le calepinage, qui permet de déterminer le dimensionnement de l’installation ».

Installation d’un chauffage au sol : en pratique

Si votre projet concerne une à deux pièces de votre logement à rénover, le recours à un système de chauffage au sol tel que Soleka présente l’avantage de la simplicité. Pour une pose dans une salle de bain, par exemple, il consiste en un système de câble chauffant sur treillis, très mince (4mm d’épaisseur). Dans une pièce avec parquet flottant à rénover, il s’agit d’installer un film aluminium chauffant plus mince encore (1mm !). « On place ensuite le revêtement de sol de son choix : carrelage, moquette, lino… Dans une salle de bain de 10m² avec un sol prêt à recevoir Soleka, l’installation s’effectue en une demi-journée environ. Comptez une journée dans un salon de 20m² », selon Etienne Jarrige.

L’installation d’un chauffage au sol est un peu différente dans un chantier neuf mais ne présente aucune complexité particulière. « Sur la chape de béton, on pose tout d’abord une bande de pourtour isolante de 20 cm de haut, sur les murs intérieurs. On installe ensuite un isolant polyuréthane de 8 cm sous forme de dalles, qui sont soigneusement jointes les unes aux autres. Arrive alors le moment d’installer le chauffage au sol qui se présente comme un grand serpentin que l’on dispose en plusieurs « s » sur toute la surface. Une chape fluide à base de chaux est coulée et l’on peut enfin mettre en place le revêtement de sol de son choix ». A la clé ? Un logement très confortable et facile à régler grâce à un thermostat, tout en étant invisible. En somme, une solution de confort thermique performante et facile à vivre, à (re)découvrir.

Noëlle Hermal © AdC – L’Agence de Contenu

A lire aussi dans le Magazine :