Afin d’inciter les ménages à la rénovation énergétique de leur logement, la prime énergie a été renforcée au 1er avril 2020. Les plafonds ouvrant droit à la prime bonifiée ont ainsi été revus à la hausse afin de concerner davantage de personnes et particulièrement les foyers précaires. Objectif : diminuer le reste à charge dans le cadre de travaux d’isolation ou lors de l’installation d’un équipement de confort thermique performant et écologique.

La prime énergie : comment ça marche ?

Autrement appelée « Coup de pouce économie d’énergie », elle s’inscrit dans le cadre des Certificats d’Économie d’Énergie (CEE). Le principe est de recevoir une aide financière pour couvrir une partie des dépenses d’acquisition des matériaux, dans le cadre de travaux d’isolation, ou d’installation d’un système de chauffage performant et écologique (pompe à chaleur, chaudière biomasse ou gaz à très haute performance énergétique, système solaire hybride…). Elle concerne les résidences principales et secondaires et peut bénéficier aux propriétaires, occupants ou bailleurs, ainsi qu’aux locataires.

Prime énergie 2020

Depuis le 1er avril 2020, les plafonds pour bénéficier de la prime énergie sont revus à la hausse. Le plafond dépend du nombre de personnes composant le foyer et de sa localisation. Ainsi, pour une personne seule, le plafond de ressources est désormais de 19 074 € en province et de 25 068 € en Île-de-France. Pour deux personnes, il est de 27 896 € en province et 36 792 € en Île-de-France. Le plafond est revalorisé en fonction du nombre de personnes à charge. Outre les revenus et la composition du ménage, la prime prend en compte les travaux envisagés (installation d’une chaudière, pompe à chaleur, travaux d’isolation…). Pour en savoir plus sur le détail des primes et les démarches à effectuer, consultez la page du ministère dédiée au Coup de pouce « chauffage » et « isolation ».

Perrine Roux © AdC – L’Agence de Contenu

A lire aussi dans le Magazine :