Opter pour une installation solaire thermique, c’est faire un choix écologique et économique pour sa production d’eau chaude sanitaire, voire de chauffage. Voici comment assurer une bonne durée de vie à vos panneaux solaires !

Panneaux solaires : la bonne installation

La première chose à vérifier lors de l’installation de panneaux solaires thermiques est la labellisation RGE (Reconnu garant de l’environnement) de l’artisan, habilité à manipuler du fluide caloporteur. Le matériel doit quant à lui être conforme aux normes européennes et françaises, voire être doté d’une certification (CSTbat, OSolaire et Solar Keymark). L’installation solaire thermique présente de nombreux avantages, parmi lesquels l’absence de rejet de gaz à effet de serre mais aussi de consommation d’énergie fossile. De plus, cette installation est économique, puisque l’énergie solaire est gratuite et toujours disponible. Elle peut couvrir une grande partie des besoins en eau chaude et chaleur, voire 100 % quand le CESI (Chauffe-eau solaire individuel) est associé à une chaudière à condensation. De plus, vous bénéficiez d’aides financières pour cette installation, qui va aussi augmenter la valeur de votre logement !

L’entretien des panneaux solaires

Un élément primordial pour assurer la bonne durabilité de votre installation solaire thermique est l’entretien régulier. Le propriétaire doit ainsi faire des observations. Tout d’abord, vérifiez la propreté de la vitre des panneaux solaires. Si nécessaire, il faut la nettoyer à l’eau claire, tiède et avec une éponge douce. Assurez-vous aussi qu’il n’y a pas de fuite de fluide et si la position des panneaux est stable. D’autre part, si vous observez une diminution de la production de plus de 10 %, ou si la pression est de moins d’1 bar, contactez votre artisan installateur. Le professionnel interviendra quant à lui une fois par an, pour faire les vérifications indispensables et prescrites par le constructeur. Concrètement, il s’agit de procéder à un monitoring complet pour s’assurer que le débit est bon, que les différents organes (pompe, vase d’expansion, commandes…) fonctionnent bien. L’installateur va aussi s’attarder sur les organes de sécurité comme le mitigeur de sortie du réservoir d’eau chaude sanitaire. Mais surtout, l’entretien doit impérativement se focaliser sur le fluide caloporteur, son alcalinité, sa protection contre le gel et la quantité de glycol, ainsi que l’étanchéité de son réseau.

Perrine Roux © AdC – L’Agence de Contenu

A lire aussi dans le Magazine :