le-magazine-atlantic-En-clair-2-simulations-financieres-pour-le-remplacement-d-un-chauffage-electrique-et-d-un-chauffe-eauEntre les crédits d’impôts, les certificats d’économies d’énergie, les aides de l’Anah, la TVA à 5,5 %, les éco-primes… Vous vous sentez perdus et c’est bien normal ! Notre journaliste a mené l’enquête auprès de PRIS (Points Rénovation Info Service) pour vous aider à y voir plus clair. Zoom sur deux cas concrets afin de connaître les aides qui peuvent être allouées.  Pour un montant non négligeable…  

 

Cas n°1 : Ils ont opté pour un chauffe-eau thermodynamique

La famille A a remplacé son chauffe-eau électrique par un chauffe-eau thermodynamique.   (© goodluz - Fotolia.com)

La famille A a remplacé son chauffe-eau électrique par un chauffe-eau thermodynamique.
(© goodluz – Fotolia.com)

La famille A est un couple avec deux enfants qui habite en Seine-Saint-Denis. Son chauffe-eau électrique fuit. Pour le remplacer, elle a opté pour un chauffe-eau thermodynamique de 270 litres sur air ambiant. Il prendra place dans la buanderie non chauffée, attenante au logement.

Annonçant un COP (Coefficient de Performance) supérieur à 3, ce chauffe-eau fournit 3 kWh pour 1 kWh d’électricité consommée. On estime à 92,5 € TTC le budget annuel dédié à l’eau chaude pour une famille entre 4 et 5 personnes avec un CETI aérothermique, contre 370 € avec un chauffe-eau électrique (Source : Atlantic).

 

  • Estimation du coût d’achat (avant déduction des aides)

Les travaux peuvent être estimés à 3 254 € TTC dont 2 524 € TTC pour l’achat du chauffe-eau.

  • Les aides allouées

    Le chauffe-eau thermodynamique

    Le chauffe-eau thermodynamique donne droit à des aides financières non négligeables.

– Le crédit d’impôt transition énergétique (CITE) :

« Le seul changement de votre appareil produisant de l’eau chaude sanitaire permet de bénéficier du crédit d’impôt transition énergétique », souligne l’ALEC (Agence Locale de l’Energie et du Climat) de Plaine Commune. Celui-ci équivaut à 30 % du montant TTC du coût d’achat du matériel. La famille A indiquera le montant des dépenses payées dans un formulaire CERFA spécifique. Il ne sera même pas nécessaire de joindre la facture à la déclaration. Mais il faudra tenir l’original à la disposition de l’administration. Ainsi le couple économisera 757 € sur ses futurs impôts.

– Prêt de la CAF (Caisse d’Allocation Familiale) :

« Le seul changement de chauffe-eau électrique ne permettait pas de bénéficier du prêt à taux zéro. Le Point Rénovation Info Service nous a orientés vers le Prêt à l’Amélioration de l’Habitat (PAH) de la caisse d’allocation familiale », explique le couple. Ce prêt à 1 % couvre 80 % des dépenses engagées dans la limite de 1 067,14 €. « La CAF prélève chaque mois sur nos prestations familiales le montant de remboursement du prêt (durée maximale de 36 mensualités) » souligne la famille A. Ce qui représente environ 30 € par mois.

– Certificat d’Economies d’Energie :

En bénéficiant d’un Certificat d’Economies d’Energie, la famille A a également pu obtenir une économie supplémentaire de 60 €.

– TVA à taux réduit :

En achetant une solution à énergie renouvelable, la famille A profite enfin d’une TVA à taux réduit de 5,5 %, contre 10 % pour un chauffe-eau électrique classique. Soit une économie de 108 €.

  • Le coût final après déduction des aides

Au total, après déduction des aides, le nouveau chauffe-eau coute 1 707 € (prix hors installation). C’est environ 479 € de plus qu’un chauffe-eau classique. Mais, en estimant une économie annuelle de 277 € sur la facture d’électricité, le surcoût sera remboursé en 2 ans.

 

Cas n°2 : Ils ont opté pour une pompe à chaleur air/eau

La famille B a opté pour une pompe à chaleur.  (© contrastwerkstatt - Fotolia.com)

La famille B a opté pour une pompe à chaleur en remplacement de sa chaudière fioul.
(© contrastwerkstatt – Fotolia.com)

La famille B, un couple avec deux enfants, vient d’acquérir une maison en Ariège, mal isolée et chauffée au fioul par une chaudière présentant de nombreux signes d’usure. La maison de 133 m², construite en 1960, présente des murs en brique et une toiture en tuiles sur combles perdus non isolés. La facture énergétique des anciens propriétaires s’élevait à 2 900 € par an environ.

Avec un revenu annuel de 28 345 €, la famille B est considérée comme un ménage aux revenus très modestes. Selon l’ALEDA, Agence locale de l’énergie du département de l’Ariège, elle pourra donc bénéficier des aides « Habiter mieux » de l’Anah, destinées à lutter contre la précarité énergétique.

Un opérateur mandaté par l’Anah viendra aider cette famille à identifier les travaux prioritaires afin de réduire leur facture. Pour économiser l’énergie, il leur faudra isoler les murs et les combles et installer une pompe à chaleur air/eau qui assurera le chauffage et l’eau chaude.

  • Estimation du coût des travaux

– Isolation des murs par l’extérieur: entre 8 000 et 12 000 € TTC.
– Isolation des combles: entre 2 500 et 5 000 € TTC.
– Installation d’une PAC air/eau (Source : AFPAC) : entre 8 000 et 12 000 €. Dont prix PAC : 7 000 €.

Soit des travaux compris entre 18 500 et 29 000 € TTC au total.

  • Les aides allouées : plus de 15 000 € !

L'achat d'une pompe à chaleur donne notamment droit au CITE (crédit d'impôt transition énergétique).

L’achat d’une pompe à chaleur donne notamment droit au CITE (crédit d’impôt transition énergétique).

Selon l’ALEDA, cette famille peut prétendre à de nombreuses aides financières :

– Aides de l’Anah :

Travaux de lutte contre la précarité énergétique : ces aides financent jusqu’à 50 % du coût des travaux, plafonné à 13 000 € si les travaux ont pour objectif de réduire la facture énergétique de 25 %, soit 6 500 €.

Aide « Habiter mieux » car le projet génère un gain énergétique d’au moins 25 % : 2 000 €

– Communauté de commune : 250 €
– Conseil général : 250 €
– Conseil régional : éco-chèque de 1 500 €
– Crédit d’impôt :

L’ensemble de ces aides est cumulable avec le crédit d’impôt pour la transition énergétique. Il représente 30 % du montant TTC du coût d’achat du matériel (pompe à chaleur) et du coût total (pose et matériel pour l’isolation). Attention : le crédit d’impôt porte sur la partie restante de l’investissement après déduction des aides de l’Anah. Soit entre 8 000 € et 18 500 €. Les dépenses ouvrant droit au crédit d’impôt ne pouvant dépasser 16 800 € pour un couple avec deux enfants, le crédit d’impôt dont bénéficiera cette famille oscillera entre 2 000 et 5 040 €.

Au final, entre 12 500 et 15 540 € de subventions seront allouées à cette famille. Elle peut en outre financer son investissement grâce à un prêt à taux zéro.

  • Le coût final après déduction des aides

Déduction faite des aides, cette famille aura à financer entre 6 000 et 13 460 €. Avec ce type de travaux, on estime une consommation énergétique divisée au moins par deux, soit une économie annuelle de 1 500 €. Et un investissement rentabilisé en moins de 10 ans.

Aurélie Cheyssial © AdC – L’Agence de Contenu

 

Les solutions Atlantic :

A lire aussi dans le Magazine :

Pour aller plus loin :