le-magazine-atlantic-vmc-hygroreglableVous souhaitez améliorer la qualité de l’air intérieur de votre logement ? Vous avez raison ! Car la QAI joue sur votre santé et votre bien-être. VMC simple flux, VMC double flux, VMC hygroréglable… Quelles sont les différences et comment les choisir en fonction de votre maison et de vos attentes ? Quelques éléments de réponse avec Monsieur Poncet de la Plomberie Beaujolaise qui équipe des logements en ventilation dans le département du Rhône.

VMC, pourquoi est-elle primordiale ?

Ventilation - Humidité et moisissure - © PhotographyByMK - Fotolia.com

Si votre maison est mal ventilée, l’humidité et les moisissures risquent de s’installer ! (© PhotographyByMK – Fotolia.com)

L’air que l’on respire dans nos habitations serait plus pollué que l’air extérieur. En cause, les polluants émis par des produits de consommation courante (produits d’entretien, mobilier, peintures, vernis) mais aussi par nos activités. Autre source de désagrément : l’humidité. Emises par notre respiration, la cuisson ou encore le séchage du linge, celle-ci engendre des dégradations du bâtiment mais aussi la prolifération de moisissures ou d’acariens, causes de nombreuses allergies. Renouveler l’air à l’intérieur de votre logement est donc capital. Cette fonction se faisait auparavant naturellement grâce à des ouvertures prévues dans les fenêtres et en bas des portes. Mais elle se doit aujourd’hui d’être mieux contrôlée pour limiter les déperditions d’énergie tout en assurant le renouvellement de l’air.

 

Quelle VMC choisir ?

Il existe trois sortes de VMC (Ventilation Mécanique Contrôlée). Les VMC simple flux autoréglables, les VMC hygroréglables et les VMC double flux. Ces systèmes n’offrent pas le même niveau de confort ni d’économies.

Sche¦üma VMC Simple Flux Autore¦üglable

Principe de fonctionnement de la VMC simple flux autoréglable.

« La plupart de nos clients ne demandent pas plus à la VMC que d’assurer le renouvellement de l’air, explique M. Poncet, installateur à la Plomberie Beaujolaise. Cette fonction étant garantie par les trois types de systèmes, le choix se fait majoritairement en fonction du prix. Ceux-ci varient très fortement selon la technologie choisie car les prestations assurées ne sont pas les mêmes ».

1. Choisie prioritairement pour son faible coût, la VMC simple flux autoréglable assure un renouvellement d’air constant dans le logement.

A choisir si : vous avez un petit budget et que vous n’envisagez pas des économies à long terme.

schema-hygro-OK-1024x716

Principe de fonctionnement de la VMC hygroréglable.

2. Avec une VMC simple flux hygroréglable, les débits d’air varient en fonction du taux d’humidité du logement. Dans une VMC Hygro A, seules les bouches d’extraction sont hygroréglables, c’est à dire qu’elles s’agrandissent ou se rétrécissent automatiquement en fonction du taux d’humidité de l’air. L’extraction d’air est ainsi plus forte lors d’une douche, ou lorsque vous faites la cuisine. « Dans une Hygro B, les entrées d’air sont également hygroréglables, ce qui est plus confortable pour l’habitant qui ressent moins le brassage d’air au niveau des fenêtres », note M. Poncet.

A choisir si : vous avez un budget raisonnable et que vous souhaitez faire des économies d’énergie rapidement tout en bénéficiant d’une bonne qualité d’air. Moins chère qu’une VMC double flux, la VMC hygroréglable vous garantit un fonctionnement plus économe qu’une VMC simple flux classique.

VMC-double-flux-IMG1

Principe de fonctionnement de la VMC double flux.

3. Les VMC double flux offrent quant à elles un véritable contrôle des débits d’air, à la fois entrant et sortant. Elles récupèrent les calories de l’air vicié extrait pour les transmettre à l’air neuf entrant qui arrive ainsi quasiment à température dans le logement. Cette fonction limite au maximum les déperditions d’énergie liées au renouvellement de l’air. Mais elle évite aussi la sensation de courant d’air froid. Autre avantage : des filtres sur les entrées d’air empêchent les pollens et autres polluants extérieurs d’entrer à l’intérieur du logement. « Confort et qualité de l’air sont les principales raisons qui poussent mes clients à choisir une VMC double flux », glisse l’installateur.

A choisir si : vous souhaitez le meilleur en termes de qualité d’air avec un confort maximal tout en limitant au maximum les déperditions d’énergie dans votre foyer. Ce système est idéal si vous avez des problèmes d’allergie.

Des contraintes d’installation

(© XtravaganT - Fotolia.com)

Dans une VMC simple flux, les bouches d’extraction sont installées dans les pièces humides, comme la salle de bains. (© XtravaganT – Fotolia.com)

« Une VMC, surtout double flux, prend de la place, précise Mathieu Poncet. Concrètement, il s’agit d’une machine, plus ou moins grande selon la taille du logement et la technologie choisie, de laquelle partent des gaines qui font entre 8 et 12 cm de diamètres ».

Dans une VMC simple flux, ces conduits relient les bouches d’extraction situées dans les pièces humides (salle de bains, cuisine, buanderie) à la machine placée généralement dans les combles. Cette dernière expulse ensuite cet air vicié à l’extérieur du logement par une ouverture prévue à cet effet en toiture ou en façade. Autonomes, les entrées d’air sont placées sur le cadre des fenêtres.

Un caisson de VMC double flux est relié non seulement aux bouches d’extraction, mais aussi aux entrées d’air situées dans chacune des pièces de vie du logement (salon, chambres…). La machine est installée nécessairement dans un volume chauffé et accessible.

Des solutions qui s’adaptent au logement

Une VMC, qu’elle soit double ou simple flux, s’installe plus aisément dans une maison individuelle qu’en appartement où il est parfois difficile de concevoir une installation discrète. Le plus facile est d’avoir des combles ou un faux plafond dans lesquels faire passer les gaines de ventilation.

« Mais même lorsque la configuration des logements est mal adaptée aux solutions classiques, les catalogues des fournisseurs sont suffisamment fournis pour toujours trouver une solution adéquate, rassure M. Poncet. Ainsi, s’il est impossible de faire passer une gaine ou si une pièce est trop éloignée du caisson, on peut installer des petits extracteurs individuels, qui existent en simple et double flux. Ou opter pour des conduits plats qui trouvent plus aisément leur place ».

Aurélie Cheyssial © AdC

 

Les solutions Atlantic :

  • Découvrez les solutions Atlantic en matière de ventilation

A lire aussi dans le Magazine :

Pour aller plus loin :