le-magazine-atlantic-Les-signes-d-une-maison-mal-ventilée-comment-y-remédier2Moisissures, mauvaises odeurs et buée sur les vitres sont des signes, indicateurs d’une maison mal ventilée. Pour y remédier et trouver une meilleure qualité d’air intérieur, deux solutions s’imposent : aérer fréquemment et surtout, se doter d’une VMC efficace.

Mauvaise ventilation : décrypter les signaux

Les moisissures sont des champignons, tout d’abord invisibles à l’œil. Un logement humide et mal ventilé entraîne leur développement, détectable grâce à des taches noires mais aussi par des odeurs de terre, caractéristiques de la moisissure. Malheureusement, lorsque vous constatez la présence de moisissures sur les murs, au plafond, ou autour des fenêtres, le problème existe depuis déjà plusieurs mois. Et depuis plusieurs mois, vous respirez un air de mauvaise qualité.

De la buée sur les vitres est autre signe indicateur d’une mauvaise ventilation. L’air contient de la vapeur d’eau en suspension mais lorsque la vapeur d’eau est supérieure à la limite de saturation, de la condensation se forme. Cette humidité, si on la laisse se développer, est néfaste pour la qualité de l’air intérieur.

Une bonne ventilation, une obligation

Une maison doit impérativement être équipée d’un système de ventilation, tout particulièrement si elle est touchée par les moisissures et l’humidité. L’arrêté du 24 mars 1982, relatif à l’aération des logements, précise l’importance de la circulation de l’air au sein d’une construction. Ventiler n’est donc pas une option, c’est une obligation légale. Ouvrir les fenêtres est un bon réflexe, nécessaire au quotidien, mais qui se révèle insuffisant. Une bonne ventilation passe par l’installation une Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC). Cet équipement est aussi important que le chauffage pour assurer le confort !

Une ventilation efficace est nécessaire pour une maison saine

Une ventilation efficace est nécessaire pour une maison saine

La bonne solution de VMC

La VMC est un dispositif électrique de renouvellement de l’air intérieur. C’est le moyen le plus efficace de garantir un air sain. Différentes technologies existent aujourd’hui. La VMC simple flux autoréglable est un système centralisé dans lequel un extracteur est relié à plusieurs bouches, placées dans les pièces humides et « polluées » (cuisine, salle de bain, buanderie…).

La VMC hygroréglable est quant à elle intelligente : elle s’adapte aux besoins, puisqu’elle détecte la présence des habitants grâce au taux d’humidité dans l’air. Ainsi, elle assure une ventilation minimale en cas d’absence des occupants et au contraire, ventile plus fortement lorsque l’humidité augmente : au moment des douches, de la préparation des repas, lorsque plusieurs personnes sont présentes…Une option judicieuse, donc.

Néanmoins, la solution la plus économe en énergie est la VMC double flux, capable de chauffer l’air entrant. Elle prend l’air neuf à l’extérieur, l’épure au moyen de filtres très performants puis l’insuffle dans les pièces de vie par le biais de diffuseurs. Dans le même temps, cette VMC extrait l’air vicié des pièces humides et polluées. Grâce  à un échangeur thermique, le double flux récupère les calories présentes dans l’air vicié et les diffuse dans l’air neuf filtré. A l’arrivée, vous pourrez réaliser une belle économie sur votre facture de chauffage : jusqu’à 20% ! En optant pour le double flux, vous éviterez en outre aux polluants extérieurs de pénétrer dans votre logement. Une solution idéale pour préserver les jeunes enfants, les personnes allergiques ou encore les citadins, vivant dans un environnement pollué.

Noëlle Hermal © AdC

Les solutions Atlantic :

A lire aussi dans le Magazine :