Assainir l’air intérieur avec certaines plantes vertes, c’est possible. Quelle espèce dans quelle pièce et pour quel besoin ? Les réponses.

Dans la cuisine et la salle de bain 

  • L’anthurium, plante que l’on trouve à l’état sauvage dans les zones tropicales d’Amérique centrale et d’Amérique du sud, permet de lutter contre les effluves d’ammoniac, substance présente dans les produits de bricolage et d’entretien. Pulvériser régulièrement de l’eau sur son feuillage.

  • A l’instar de l’anthurium, l’azalée d’intérieur est l’une des plantes qui élimine le mieux les résidus de produits d’entretien.

  • Le chrysanthème possède les mêmes vertus que l’anthurium et l’azalée d’intérieur. Outre la cuisine et la salle de bain, il est également conseillé de l’installer dans des pièces dont les murs et les papiers peints viennent d’être refaits. Attention, le feuillage et les tiges peuvent être irritantes pour certaines personnes et pour les animaux domestiques.

  • Amatrice d’atmosphères humides, la fougère compte parmi les plantes les plus dépolluantes et purificatrices. Elle est efficace contre tous les polluants, y compris les composés organiques volatiles. C’est la championne pour éliminer le xylène (que l’on trouve dans la colle, la peinture et les dégraissants) et le formaldéhyde (présent dans le tabac, les colles, les peintures, les fumées de poêles à bois et dans de nombreux tissus d’ameublement et  meubles – panneaux de bois agglomérés).

  • Les palmiers sont bien plus que des parasols : le palmier bambou atténue les effets négatifs des détergents, tout comme le palmier nain doré.

Dans les pièces à vivre

  • L’aglaonema présente l’avantage d’éliminer des substances comme le formaldéhyde, le monoxyde de carbone et le benzène, très présents dans les intérieurs via les détergents, la peinture, les matières plastiques…

  • Le schefflera a les mêmes propriétés que l’aglaonema.

  • Il en est de même du croton (également appelé arbre de Saint Joseph), qui absorbe les composés organiques volatiles de manière efficace mais peut être toxique pour les animaux domestiques. Comme sa sève est irritante, il est conseillé de porter des gants pour l’entretenir et la manipuler.

  • Le figuier pleureur permet de lutter efficacement contre le xylène et le formaldéhyde. Cette plante grandissant vite, il est recommandé de l’installer dans une grande pièce. En cas d’ingestion, le feuillage peut être toxique.

Dans les lieux sombres

  • Le faux arum est l’une des plantes les plus efficaces pour lutter contre la pollution de l’air intérieur.

  • La langue de belle mère et le lierre commun  (qui est une des meilleures plantes pour absorber le benzène) sont aussi des plantes dépolluantes qui s’épanouissent dans les lieux les plus sombre des habitations. Soulignons que les baies du lierre commun peuvent être toxiques pour les animaux et les jeunes enfants.

Dans les pièces fumeurs

  • Il est conseillé de placer le dragonnier, connu également sous le nom de Canne de Chine, dans les pièces fréquentées par les fumeurs. Cette plante permet également de lutter contre les composés organiques volatils et le monoxyde de carbone. Attention, toutefois, à sa toxicité pour certains enfants ou pour les animaux domestiques.

  • La Gerbera permet aussi d’humidifier l’air intérieur et de lutter efficacement contre les composés organiques volatiles.

  • Le Kentia peut lui aussi absorber les fumées, notamment celle du tabac, tout comme le palmier d’intérieur.

Pour aller plus loin

L’air intérieur, mon meilleur ennemi

Le tabac, un invité dangereux à la maison

Les plantes vertes, humidificateur naturel 

Sources

– Homejardin .com
– Plantesdépolluantes.com