Vivre en situation de précarité énergétique, c’est souffrir du froid dans son logement. C’est aussi dépenser plus que la moyenne pour chauffer son habitation. Pour résoudre ce problème, des aides ont été instaurées par l’Etat. Tour d’horizon.

Selon l’Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE), plus de 5 millions de ménages sont touchés par la précarité énergétique en France. Pour y remédier, des aides à la rénovation énergétique ont été mises en place spécifiquement afin d’aider ces ménages à financer leurs travaux. Objectifs : diminuer leurs factures de chauffage et améliorer leur confort à la maison.

Les aides financières, des coups de pouce à ne pas négliger

Rénovation énergétique : les aides de l’Anah

Le programme « Habiter Mieux » de l’Anah finance 35 % du montant des travaux de rénovation énergétique des ménages aux ressources modestes, et 50 % pour les ménages aux ressources très modestes.

Les foyers aux ressources modestes peuvent percevoir jusqu’à 7 000 €. Les foyers aux ressources très modestes peuvent percevoir jusqu’à 10 000 €.

En complément, la prime « Habiter Mieux » donne un coup de pouce aux foyers engageant des travaux plus conséquents : 10 % du montant des travaux, dans la limite de 2 000 € pour les ménages très modestes, et 1 600 € pour les ménages modestes.

Rénovation énergétique : l’éco-prêt à taux zéro

Comme tous les ménages faisant appel à des professionnels labellisés RGE (Reconnus garants de l’environnement), les foyers les plus modestes ont droit à l’éco-prêt à taux zéro pour financer leurs travaux de rénovation énergétique. Mais en plus, les ménages les plus précaires, bénéficiaires du programme « Habiter Mieux » de l’Anah, ont droit à un micro crédit à taux zéro. Spécialement conçu pour les « petits montants », il permet de rembourser sur 8 à 10 ans entre 10 000 € et 15 000 €.

Aurélie Charpentier © AdC

Les solutions Atlantic :

A lire aussi dans le Magazine :