le-magazine-atlantic-Bois-La-renovation-energetiqueVous cherchez à réaliser des économies d’énergie tout en gagnant en confort ? Mais vous ne savez pas comment faire ? Arnaud Marchand, du bureau d’études Inoveha,  vous donne quelques conseils pour mener à bien vos travaux de rénovation énergétique.

Qu’est-ce que la rénovation énergétique ?

Arnaud Marchand - Inoveha

Arnaud Marchand – Inoveha

C’est se pencher sur son logement pour moins consommer. Souvent, le particulier ne sait pas par où commencer. Si ma maison est énergivore, est-ce que ça vient des équipements, de la ventilation, des fenêtres, des murs ? Les clients n’en ont souvent aucune idée. Certains se sont même déjà lancés dans des travaux de rénovation sans le moindre résultat. Tout simplement parce qu’ils n’avaient pas choisi la solution adéquate.

Résultat : un écart se creuse entre le parc existant et le neuf. Si une maison conçue selon les dernières normes de construction, consomme autour de 60 kW d’énergie primaire par m² par an, on estime que plus de 50 % du parc immobilier existant tourne entre 300 et 350 kW d’énergie primaire par m² par an !

Par où faut-il commencer ?

Avant de vous lancer dans des travaux de rénovation énergétique, réfléchissez ! Je préconise de faire venir un artisan qualifié, une entreprise spécialisée ou un bureau d’études pour faire un audit énergétique global de votre habitation. Souvent, il y a plusieurs travaux à entreprendre qu’il faut hiérarchiser en fonction de vos priorités et de votre budget. L’audit énergétique vous permettra de vous projeter, sur plusieurs années et sur plusieurs postes de travaux.

Comment se déroule un audit énergétique ?

Un audit énergétique permet d'obtenir un état initial de votre maison et de proposer des axes améliorations.  (© Benjamin LEFEBVRE - Fotolia.com)

Un audit énergétique permet d’obtenir un état initial de votre maison et de proposer des axes améliorations.
(© Benjamin LEFEBVRE – Fotolia.com)

Une personne qualifiée vient chez vous, pour vous écouter et visiter votre logement. Elle prend alors connaissance de vos besoins et problèmes en termes de confort thermique (sensation de froid, courants d’air, humidité…), ainsi que des travaux précédemment effectués. Ensuite, elle inspecte votre bien : son orientation, l’année de construction, ses caractéristiques thermiques, vos équipements existants…

A partir de toutes ces données,  vous obtiendrez un état initial de votre maison : son état actuel, les postes de déperdition… Enfin, le bureau d’études vous proposera un état projeté. Par exemple, il vous expliquera que si vous changez vos fenêtres, vous réaliserez un certain montant d’économie et gagnerez en confort. Car les travaux préconisés lors d’un audit énergétique ont un double objectif : l’amélioration de votre confort et la réalisation d’économies d’énergie.

Combien coûte un audit ?

Entre 500 et 700 € en moyenne pour une maison de 150m². Mais attention ! L’audit énergétique est très différent du diagnostic de performance énergétique (DPE) affiché dans les vitrines des agences immobilières ! C’est une véritable étude thermique.

Quelles solutions peut-on envisager ?

30 % des déperditions se font par la toiture.  (© Chlorophylle - Fotolia)

30 % des déperditions se font par la toiture.
(© Chlorophylle – Fotolia)

Il n’y a pas une solution idéale, tout simplement parce que chaque maison est différente. Dans tous les cas, il est cependant préférable de commencer par mieux isoler votre logement pour limiter les déperditions et consommer moins d’énergie. Sans oublier la ventilation. On trouve encore beaucoup de maisons en ventilation naturelle. Dans ce cas, on préconise systématiquement une ventilation mécanique contrôlée (VMC). Car la qualité et le renouvellement de l’air sont importants. Ensuite, au niveau des équipements, tout dépend du budget et des priorités de chacun. Il s’agit de trouver l’alchimie entre le bâti, les équipements et le budget.

Y a-t-il des solutions que vous préconisez davantage que d’autres ?

En systèmes de production d’eau chaude sanitaire, on préconise beaucoup le chauffe-eau thermodynamique en remplacement des équipements électriques classiques.

Sur les systèmes de chauffage, cela dépend davantage de l’existant et des préférences du propriétaire. Si vous êtes équipés en gaz naturel et que vous en êtes satisfaits, choisissez  une chaudière à condensation plutôt qu’à hautes températures. Si vous êtes au fioul, optez pour une chaudière fioul à condensation à basses températures. Si vous êtes équipés d’un chauffage électrique, remplacez vos vieux convecteurs par des radiateurs chaleur douce à inertie. Ils pourront vous faire gagner jusqu’à 45 % d’économie d’énergie.

Quelles économies peut-on espérer réaliser grâce à la rénovation énergétique ?

Le gain va s’estimer entre 100 à 150 kW d’énergie primaire par m² par an. Pour une maison des années 70-80 qui n’était pas très bien isolée et mal chauffée, il faut compter entre 20 000 et 30 000 € de budget. Elle sera alors classée « C », ce qui constitue un premier pas.

De quelles aides financières peut-on bénéficier ?

Vous pouvez bénéficier de crédits d’impôts, de l’éco-prêt à taux zéro, et des certificats d’économies d’énergie. L’audit propose d’ailleurs un montage financier optimisé avec ces aides, poste par poste, en fonction du budget alloué. On propose aussi des bouquets de travaux, avec deux à trois simulations. Enfin, on intègre un retour sur investissement avec la courbe d’augmentation de l’énergie. L’audit constitue un véritable cahier des charges. Quand vous contactez un artisan pour effectuer vos travaux, le chemin est donc tout tracé.

Propos recueillis par Aurélie Charpentier © AdC

 

A lire aussi dans le Magazine :

Pour aller plus loin :

  • Economie d’Energie : les aides disponibles par types de travaux
  • Ademe : pour tout savoir sur les Certificats d’Economies d’Energie

Les solutions Atlantic :