Chez Atlantic, le design est un point clé de la conception des produits. Emmanuel Terrien, responsable du design pour le groupe, nous présente ses missions alors que la dimension décorative des équipements de confort thermique prend une place croissante dans les attentes des consommateurs.

De quelle manière travaillez-vous sur le design, chez Atlantic ?

Je suis en charge du design pour le groupe, pour toutes ses marques. Mathias Thomas est le designer référent, il travaille avec l’agence MBD Design pour Atlantic Home, Atlantic Building et Atlantic Industrie. Pour Atlantic Home, nous intervenons sur tous les projets de développement, en relation avec les différents services marketing et les différents services de R&D. C’est un processus classique avec des phases itératives et des phases de validation des maquettes. Pour soutenir le positionnement de marque d’Atlantic et construire les innovations, nous travaillons de plus en plus en amont avec les équipes de communication et marketing. Cela nous permet d’être plus précis sur les ambiances et les univers à créer autour des produits, pour que l’expérience soit la plus complète possible. Le style doit être cohérent avec l’environnement de la pièce dans laquelle l’appareil est placé. Il est aussi important de réfléchir à une expérience globale incluant la connectivité.

Quelles sont vos missions ?

Nous avons trois missions. Nous devons développer un style propre à la marque Atlantic, immédiatement reconnaissable. Nous devons également élever le niveau de qualité perçue au travers des matériaux nobles et pérennes. Enfin, nous devons élever la qualité d’usage. Notre réflexion doit permettre la simplicité d’utilisation. Pour un radiateur, par exemple, nous devons faire en sorte d’en faire un objet intégré à l’habitat, à la fois utile et utilisable toute l’année. C’est un produit avec une fonction saisonnière, celle du confort thermique. Là-dessus, Atlantic a un vrai savoir-faire. Nous nous appuyons sur cette expérience de la marque pour aller au-delà : l’objectif est que le radiateur ne soit pas un élément subi mais le résultat d’un choix. On passe de la machine à un objet beaucoup plus émotionnel et désirable, grâce au design et aux fonctions additionnelles.

Emmanuel Terrien, pilote du design chez Atlantic

Quelles sont les attentes des consommateurs ?

La question de l’intégration du produit dans la pièce est centrale. Le dimensionnement est donc important. Une chaudière murale ou un chauffe-eau plat sont des pistes intéressantes quand on a peu de place. L’aspect décoratif gagne aussi de l’importance. Les achats se basent sur des points rationnels mais aussi sur l’émotionnel. Nous travaillons à développer cette partie émotionnelle car la marque rassure déjà sur la maîtrise de la chaleur.

Atlantic propose de plus en plus de produits design et high tech, à l’image du radiateur Irisium et du sèche-serviettes musical Sensium. L’avenir se trouve donc dans cette voie ?

Irisium et Sensium sont des territoires d’expression avec de nouveaux matériaux très qualitatifs mais nous cherchons à développer des produits sur un niveau de gamme inférieur, pour qu’un bon niveau de design soit accessible à tous. Nous n’avons pas vocation à nous positionner uniquement dans le premium. L’innovation doit bénéficier à toutes les gammes.

Le concours de Design organisé par Atlantic cette année vous a-t-il apporté des enseignements ?

Ce type de concours apporte beaucoup d’innovations disruptives, qui sortent totalement du cadre. En interne, nous nous appuyons sur de l’innovation collaborative ou participative avec les collaborateurs ou des clients, mais nous restons en terrain connu. Lors du concours, nous avons reçu des idées qui nous ont secoués ! Deux propositions ont été retenues : nous étudions leur faisabilité. Le prototype du radiateur tissé, création du vainqueur, Roman Pin, sera présenté au prochain salon Interclima.

Propos recueillis par Noëlle Hermal © AdC – L’agence de contenu

Les solutions Atlantic :

A lire aussi dans le Magazine :