le-magazine-atlantic-Energies-renouvelables-pourquoi-les-adopter2Tout le monde a entendu parler des énergies renouvelables (EnR), mais savez-vous vraiment ce qui se cache derrière ce terme générique ? Et connaissez-vous les intérêts à la fois écologiques et financiers d’y recourir ? Explications pour y voir plus clair.

La définition des énergies renouvelables (EnR) communément admise est la suivante : « Les EnR, à la différence des énergies fossiles, charbon, pétrole et gaz, sont des sources d’énergie dont le renouvellement naturel est suffisamment rapide pour qu’elles puissent être considérées comme inépuisables à l’échelle du temps humain ». Ce qui revient à dire que lorsqu’on consomme ce genre d’énergie, on ne diminue pas la ressource. L’eau (hydraulique), le vent (éolien), le rayonnement solaire (thermique), le rayonnement lumineux (photovoltaïque), les calories contenues dans l’air (aérothermie), dans l’eau (hydrothermie), dans la terre (géothermie) ou encore le bois, dans le cas de la biomasse, sont ainsi des EnR.

Intérêt général et particulier

L’intérêt d’y recourir pour le chauffage, l’eau chaude sanitaire voire la climatisation est multiple. Au plan de l’intérêt général, les EnR ne produisent pas ou peu de gaz à effet de serre (CO2) et n’ont pas ou peu d’impact sur le réchauffement climatique ; elles favorisent l’indépendance énergétique car elles sont présentes en abondance sur notre territoire et leur exploitation entraîne des créations d’activité. Au plan individuel, privilégier les ENR signifie, outre participer à un cercle vertueux, réduire la facture énergétique de son foyer. Les énergies renouvelables, auxquelles il convient d’ajouter les énergies dites de récupération*, sont gratuites !

Les EnR, un choix citoyen mais aussi intéressant pour réaliser des économies !

Les EnR, un choix citoyen mais aussi intéressant pour réaliser des économies !

Aides financières

De nombreuses solutions techniques permettent de les utiliser et la loi de Transition énergétique pour la croissance verte adoptée fin 2015, tout comme la loi de finance 2016 les valorisent. Cette dernière loi a reconduit les aides de l’état qui ne sont pas négligeables dans le cas de travaux de rénovation énergétique et de mise en place d’équipements recourant aux EnR. Une seule condition pour en bénéficier : confier les travaux à une entreprise qualifiée RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). C’est le sésame indispensable.

Quatre types d’aides sont mis en place :

  • L’éco-PTZ. Il peut atteindre 30 000 € et est accessible à tous les propriétaires, sans conditions de ressources, qu’ils occupent leur bien immobilier ou qu’ils le louent à des tiers.
  • Le Crédit d’impôt pour la transition énergétique (Cite), cumulable avec l’éco PTZ, permet de déduire une partie des travaux de sa déclaration d’impôts – soit 30% du montant des travaux dans une limite de 8000 € maximum, montant majoré de 400 € supplémentaire par personne à charge. Il est accessible aux propriétaires occupants et aux locataires de leur logement sans conditions de ressources.
  • Le taux réduit de TVA à 5,5% s’applique aux travaux visant l’installation des matériaux et équipements éligibles Cite.
  • Les certificats à économie d’énergie délivrés par les fournisseurs d’énergie.

A ces aides peuvent s’ajouter celles proposées par les collectivités locales. N’hésitez donc pas, si vous souhaitez remplacer vos équipements de confort thermique par des solutions plus économes en énergie. Chaudière gaz à condensation ou thermodynamique, poêle à granulés ou encore pompe à chaleur : miser sur les EnR est définitivement une bonne idée !

* Récupération d’air avec une VMC double flux, récupération des calories de l’eau chaude sanitaire avant rejet…

Stéphane Miget © AdC

Les solutions Atlantic :

A lire aussi dans le magazine :