Les pays nordiques sont très orientés énergies renouvelables. La richesse de leurs ressources naturelles n’explique pas tout. Leçon de choses. 

Energies renouvelables : l’Europe du Nord en tête

Selon Eurostat, l’office statistique de l’Union Européenne « En 2010, l’énergie provenant des sources renouvelables a représenté 12,4 % de la consommation finale brute d’énergie des 27 pays de l’Union Européenne ».

L’Islande, un pays à la pointe des énergies renouvelables
(Source : Flickr,- gildas_f)

Ce taux moyen de consommation des énergies renouvelables cache de fortes disparités. Avec un taux de près de 12 %, la France se situe en-dessous de la moyenne. Tout comme l’Allemagne, qui plafonne à 11 % malgré une croissance plus rapide. Les pays nordiques restent en pointe avec :

1. 47,9 % en Suède,

2. 32,6 % en Lettonie.

3. 32,2 % en Finlande.

La Scandinavie a pris la tête des pays européens en la matière, favorisée il est vrai par ses avantages naturels – l’hydroélectricité (énergie électrique renouvelable obtenue par conversion de l’énergie des flux d’eau  en électricité) en Norvège, la géothermie en Islande.

Candidate à l’intégration européenne, l’Islande pourrait en remontrer à beaucoup d’Etats membres : près de 90 % des maisons sont ici chauffées par la géothermie, de même que les bâtiments publics, les piscines, les serres de fruits et légumes… Dans cette île longtemps isolée et peu boisée, envahie par un désert de lave, les sources d’énergies renouvelables se sont naturellement imposées. 

Le Danemark, un modèle à suivre pour le développement de l’énergie éolienne
(Source : Flickr – Andreas Klinke Johanssen)

Les pouvoirs publics des pays d’Europe du Nord ont aussi mené une politique volontariste : à la suite des chocs pétroliers des années 70, ils ont favorisé l’utilisation des bioénergies (énergie stockée par la biomasse, généralement à partir d’énergie solaire) pour se passer des énergies fossiles (énergie que l’on produit à partir de roches issues de la fossilisation des êtres vivants : pétrole, gaz naturel et houille).

Marie-Laure Le Foulon cite en exemple le Danemark dans Le rebond du modèle scandinave (Editions lignes de repères, 2006) :« Depuis plus de vingt ans, l’éolien signe ainsi l’originalité de la politique énergétique du Danemark. Le vent répond désormais pour plus de 20 % de la production de ce petit pays placé entre la Baltique et la mer du Nord. » 

20 % d’énergies renouvelables dans les Etats membre de l’UE en 2020

Pour accélérer le mouvement, en 2009, une Directive de l’Union Européenne (UE) fixe l’objectif suivant : les énergies renouvelables doivent atteindre 20 % du total de la consommation énergétique d’ici à 2020 dans chaque Etat membre.

D’ores et déjà, le communiqué de juin 2012 d’Eurostat précise :
« Entre 2006 et 2010, tous les États membres ont vu augmenter la part des énergies renouvelables dans leur consommation totale. Les hausses les plus marquées ont été enregistrées en Estonie (de 16,1 en 2006 à 24,3 % en 2010), en Roumanie (de 17,1 à 23,4 %), au Danemark (de 16,5 à 22,2 %), en Suède (de 42,7 à 47,9 %) et en Espagne (de 9 à 13,8 %). »

 

[table “24” not found /]

Trois idées à piquer aux Scandinaves pour améliorer son confort thermique

1. Le bois pour isolant

En Suède, les maisons sont de couleur écolo. Leur matériau de base ? Le bois, et plus particulièrement le sapin, qui est un formidable isolant : il résiste à la neige et au blizzard. A noter : pour protéger le bois, on peint les planches d’une peinture constituée d’un mélange d’huile et de poudre de roche concassée qui donne cette couleur rouge.

2. Le millefeuille de vêtements

Dans les pays scandinaves, pour lutter contre le froid, on préfère superposer plusieurs couches de vêtements plutôt que de porter des vêtements épais. Explication : les couches d’air entre les tissus forment une isolation thermique. Bien plus efficace qu’un gros pull.

3. Un bon sauna

La chaleur sèche du sauna (80 degrés C environ) procure une détente physique maximale. Pratiqué une fois par semaine, à la mode finlandaise, il aide l’organisme à lutter contre le froid, mais aussi le stress et diverses infections.

A lire aussi :

Comment bien isoler sa maison