le-magazine-atlantic-RT2012-comprendre5Dans les constructions neuves, la réglementation thermique dite RT 2012 a imposé le bâtiment basse consommation pour tous. A la clé pour les ménages : des économies d’énergie, et donc une baisse de leurs factures de chauffage. Si une maison mal isolée coûte en moyenne jusqu’à 1 800 € de chauffage par an à son propriétaire, une maison basse consommation limite les dépenses à 250 €.

Alors quel bilan dresser après un an d’application de cette nouvelle réglementation qui est venue bouleverser les habitudes ? Le point avec Léo Jamet, thermicien pour le bureau d’étude Keeplanet.

RT 2012, où en est-on ?

Construire sa maison neuve en répondant aux exigences de la RT 2012 est désormais obligatoire.  (© kotoyamagami - Fotolia.com)

Construire sa maison neuve en répondant aux exigences de la RT 2012 est désormais obligatoire.
(© kotoyamagami – Fotolia.com)

Avec la RT 2012, les bâtiments neufs ont fait un énorme bond en avant au niveau de la performance énergétique. On est, en quelque sorte, passé d’une consommation de 150 kWh/m²/an à 50 kWh/m²/an ! C’est une révolution pour le secteur. Pourtant, un an après sa mise en application, elle est globalement encore peu connue et assez mal perçue.

Les particuliers qui déposent un permis de construire sont ainsi très surpris quand la mairie leur demande une attestation de prise en compte de la réglementation thermique 2012. Beaucoup de personnes commettent d’ailleurs l’erreur de l’appeler « réglementation thermique 2013 »… Les professionnels eux-mêmes la connaissent mal. Certains estiment qu’elle complique la construction et représente un gouffre financier. Seuls 30 % des gens considèrent la règlementation comme une opportunité de construire mieux et de manière plus réfléchie.

Qu’impose la RT 2012 et quels sont les produits recommandés ?         

Afin de limiter les consommations d’énergie, la RT 2012 impose d’abord une conception réfléchie des bâtiments. Au-delà de la simple contrainte de consommation d’énergie (Cep* max de 50 kWh/m²/an) pour le chauffage, la production d’eau chaude, l’éclairage, le refroidissement et les auxiliaires, une maison RT 2012 doit répondre à une exigence d’efficacité énergétique du bâti, définie par le coefficient Bbio (ou besoin bioclimatique). Un Bbio performant (de faibles besoins en chauffage, climatisation et éclairage) s’obtient grâce à une conception qualitative valorisant entre autres les aspects bioclimatiques (forme, orientation et environnement du bâtiment), l’isolation thermique et le confort d’été.

Autre obligation, celle de recourir à une source d’énergie renouvelable (soleil, bois, géothermie, vent…) pour le chauffage, l’eau chaude sanitaire ou la production d’électricité. Les plus courants sont :

  • Le chauffe-eau solaire individuel qui permet de produire de l’eau chaude grâce à l’énergie solaire
  • Les pompes à chaleur, capables d’assurer le chauffage et l’eau chaude sanitaire grâce à la géothermie (chaleur contenue dans le sol), ou l’aérothermie (chaleur contenue dans l’air)…
  • Le chauffe-eau thermodynamique qui produit de l’eau chaude grâce à une petite pompe à chaleur
  • Les chaudières à micro-cogénération qui chauffent l’habitat et l’eau chaude à partir d’une énergie fossile tout en produisant de l’électricité
  • Les panneaux photovoltaïques qui produisent de l’électricité à partir de l’énergie solaire
  • Les chaudières bois ou les poêles à bois
  • Le raccordement à un réseau de chaleur alimenté à plus de 50 % par des EnR (énergies renouvelables).

Obligatoire en maison individuelle, ces installations vous font encore bénéficier de différentes aides de l’Etat (crédit d’impôt, taux de TVA réduit), de votre banque (éco-prêt à taux zéro), de l’Anah, ou encore de votre région, département ou commune (chèque énergie, etc.).

Bâtiment BEPOS, maison BBC, HQE, RT 2012… Quelle est la différence ?

Les réglementations thermiques évoluent petit à petit.  (© Frédéric Massard - Fotolia.com)

Les réglementations thermiques évoluent petit à petit.
(© Frédéric Massard – Fotolia.com)

La réglementation thermique, c’est l’ensemble des règles obligatoires à respecter pour la construction de bâtiments neufs. Il existe ensuite des labels ou certifications qui vont plus loin que la réglementation et atteste des efforts réalisés.

On pourrait penser qu’il n’y a pas de différences entre les bâtiments dits BBC ou basse consommation et les bâtiments RT 2012. La nouvelle réglementation s’est en effet alignée sur le label le plus exigeant (BBC-effinergie) mis en place par la réglementation thermique précédente (RT 2005). Les performances à atteindre sont ainsi très proches à première vue, mais il existe des différences. Car les performances ne sont pas calculées de la même manière.

Léo Jamet - thermicien pour le bureau d'étude Keeplanet

Léo Jamet – thermicien pour le bureau d’étude Keeplanet

Aujourd’hui, pour aller plus loin que la réglementation thermique, quelques labels existent. Ils permettent d’obtenir des aides publiques ou des avantages fiscaux.

  • Le « label Haute Performance Energétique HPE » prévoit une réduction de la consommation primaire de 10 % par rapport au niveau posé dans la RT 2012.

– Un deuxième label, le « Effinergie + » certifie un gain de 20 % par rapport à la RT 2012.

– On parle ensuite beaucoup du BEPOS ou bâtiment à énergie positive qui représentera certainement le standard de la future réglementation thermique (2020). Il s’agit de bâtiments qui produisent plus d’énergie qu’ils n’en consomment. Mais aujourd’hui, même s’il existe des pistes comme le BEPOS Effinergie, les labels ne sont pas clairement définis.

– Enfin, la certification HQE (haute qualité environnementale), n’est pas un label de performance énergétique. Matériaux utilisés, nuisances sonores, gestion des déchets de chantiers, qualité de l’air intérieur…. 14 cibles sont prises en considération pour attribuer cette certification. Cette dernière atteste d’une démarche globale de construction prenant en considération l’ensemble du cycle de vie du bâtiment. Objectif : maîtriser les impacts sur l’environnement extérieur tout en créant un environnement intérieur satisfaisant.

* Cep : Consommation d’énergie primaire

Aurélie Cheyssial © AdC

Et vous, connaissez-vous bien la RT 2012 ? Connaissez-vous les aides à votre disposition quand vous faites construire votre maison ? En avez-vous déjà bénéficié ?

Les solutions Atlantic :

A lire aussi dans le Magazine :

Pour aller plus loin :