Pourquoi isoler sa maison ou son appartement ? Par quel bout commencer ? Éléments de réponse. 

Isoler sa maison ou son appartement présente un double avantage : augmenter notablement son confort thermique et réduire ses dépenses énergétiques en empêchant les déperditions de chaleur et en évitant aux appareils de gaspiller trop d’énergie.

Selon l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) : « La chaleur s’échappe d’une maison mal isolée à 30 % par les combles et la toiture (c’est donc la priorité en termes d’isolation), à 25 % par les murs, à 10 ou 15 % par les vitres et fenêtres et à 7 ou 10 % par les sols. Le projet d’isolation thermique prend donc en compte les différents éléments du bâtiment… »

Les zones prioritaires

Les combles et la toiture, la priorité en matière d’isolation
(Source : Flickr – Stéphane Mignon)

1. L’isolation du toit et des combles
Commencer par une isolation thermique des toitures, la zone la plus facile à traiter : c’est un véritable gisement d’économies d’énergie. Explication : l’air chaud, plus léger, s’élève naturellement et vient en grande partie se loger là.

2. L’isolation des murs
Les murs sont la deuxième source de perte de chaleur. Voici comment s’en prémunir :
– Veiller au choix des bons matériaux avant la construction.
– Isoler en priorité les façades Nord.
– Les façades Ouest, davantage exposées à la pluie, nécessitent une protection supplémentaire contre l’humidité.

3. L’isolation des portes et fenêtres
Rénover les fenêtres permet de dépenser moins de calories énergétiques et de lutter contre les nuisances sonores. Plusieurs solutions se présentent :
– Un calfeutrage avec des joints (peu cher).
– Un survitrage, double vitrage ou doublage plastique (plus onéreux).

[table “19” not found /]

4. Les planchers
Nombreuses sont les techniques pour une bonne isolation thermique des planchers. Pour choisir la mieux adaptée, tenir compte de la constitution du plancher ainsi que de la nature des liaisons entre le plancher et les parois verticales adjacentes. Objectif : limiter les ponts thermiques d’un éventuel volume d’air sous le plancher.

La réglementation thermique relative à l’isolation

Le certificat de performance énergétique

En cas de vente ou de location d’un logement, le propriétaire doit fournir, si on lui en fait la demande, un certificat de performance énergétique. Pour les nouvelles locations, ce dernier est obligatoire.

La réglementation thermique (RT) 2005

Elle repose sur trois principes :
1. L’économie d’énergie
La consommation globale d’énergie du bâtiment (chauffage, eau chaude sanitaire, refroidissement…), doit être inférieure à à une valeur limite.
2. Le confort d’été
La température intérieure conventionnelle atteinte en été doit être inférieure à la température de référence.
3. Les “gardes fous“
Des performances minimales sont requises pour une série de composants (isolation, ventilation, système de chauffage…), qui donnent lieu à une synthèse d’étude thermique standardisée. Ce document doit notamment être fourni à la personne chargée d’établir le diagnostic de performance énergétique à la construction. 

La réglementation thermique (RT) 2012

La Réglementation Thermique 2012, ou “RT 2012“, prévoit de contrôler, dès 2013 pour tous les bâtiments neufs, l’efficacité et la consommation énergétique, ainsi que le confort d’été dans les bâtiments non climatisés.

Chaque construction neuve devra consommer moins de 50 kWh au mètre carré par an d’énergie en moyenne. Cette réglementation met l’accent sur :
– l’isolation (10 % de déperdition maximum pour les parois et les baies et 20 % pour les ponts thermiques)
– les énergies renouvelables (comme l’énergie solaire)
– les équipements durables (comme les pompes à chaleur ou les chaudières à basse température)
– la conception bioclimatique (l’orientation des constructions) 

Passer par un professionnel

– Pour faire réaliser un bilan thermique

Le bilan thermique va servir à améliorer le bilan énergétique de la maison (ou de l’appartement).

De quoi s’agit-t-il ?

  • D’évaluer la conformité du bâtiment à la réglementation.
  • De calculer la déperdition de chaleur éventuelle.
  • De calculer les besoins de chauffage nets.
  • D’identifier les ponts thermiques.
  • De décider de la meilleure installation.
  • D’éviter les produits potentiellement toxiques.
[table “20” not found /]

A lire aussi :

« La ventilation double flux rime avec qualité de l’air intérieur »