le-magazine-Atlantic-a-l-international6Si Atlantic est une marque française, elle bénéficie également d’une belle activité à l’international. Très présente en Europe, elle l’est aussi au Moyen-Orient et démarre en Asie. Alice Delépine, Responsable Communication Marchés Internationaux chez Atlantic, nous décrit la stratégie du Groupe Atlantic à l’export.

Depuis quand le Groupe Atlantic est-il présent à l’international ?

Notre activité internationale a débuté en 1986. Nous avons commencé par exporter vers les pays frontaliers et vers l’Afrique francophone. L’internationalisation du groupe s’est ensuite accélérée en 2000 avec le rachat d’un réseau de filiales en Europe. Puis en 2005, avec l’ouverture de notre première usine hors de France, en Egypte. Loin de remplacer notre production française, cette usine la complète puisqu’elle fabrique des chauffe-eau spécialement conçus pour l’export. Depuis, nous avons ouvert d’autres usines à l’international. A l’instar d’une usine en Ukraine desservant les pays d’Europe de l’Est et centrale.

 

Atlantic à l'international © niroworld - Fotolia.com

Atlantic dispose d’une forte présence à l’international. (© niroworld – Fotolia.com)

Quelles sont les raisons de vos implantations industrielles à l’international ?

Nous souhaitons nous rapprocher de nos clients internationaux dans tous les sens du terme : à la fois culturellement, géographiquement, en proposant des produits accessibles en terme de prix et adaptés aux besoins locaux. Par exemple, nos chauffe-eau et nos radiateurs fabriqués dans nos usines en France, en Egypte ou en Ukraine ne sont pas les mêmes, chacun ont des spécificités correspondant aux usages du pays où ils sont fabriqués.

 

Dans quels pays êtes-vous présents ?

Nous avons des filiales locales dans une dizaine de pays, à l’instar de l’Espagne, du Portugal, de l’Italie, de la Suisse ou encore de la Pologne. Et en parallèle, notre société d’export direct, basée à Bourg-la-Reine, gère l’export vers près de 90 autres pays, répartis sur les cinq continents.

 

Quels sont vos principaux marchés à l’étranger ?

Le marché européen constitue notre premier marché à l’étranger, avec des pays comme l’Espagne, la Belgique, l’Italie, l’Angleterre, la Pologne, mais aussi l’Ukraine et la Russie. Le Moyen-Orient (Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis, Bahreïn, Jordanie, Oman) constitue également un gros marché pour Atlantic.

Nous sommes aussi très présents en Afrique francophone et au Maghreb. Récemment, nous avons commencé à nous implanter en Amérique Latine. Et, depuis 2014, en Asie, avec la Thaïlande, la Corée, l’Indonésie, Singapour et le Vietnam.

 

Combien de personnes faites-vous travailler à l’étranger ?

Environ 1 000 personnes, à la fois dans nos usines et nos structures commerciales. Si Atlantic compte 9 usines de production en France, elle en possède 8 à l’étranger, réparties entre l’Egypte, l’Ukraine, la Turquie, le Royaume-Uni, l’Autriche et la Thaïlande.

 

Quelle part de votre chiffre d’affaires représente votre activité à l’international ?

En 2015, grâce à de récentes acquisitions, près de 40 % de notre chiffre d’affaires sera réalisé en dehors du territoire français. Un chiffre en croissance régulière. A l’international, nous proposons surtout des produits de chauffage et d’eau chaude sanitaire. La moitié des chauffe-eau électriques du groupe est vendue à l’international. Et nous avons dépassé le million de chauffe-eau exportés en 2014 !

 

Ondeo - Chauffe-eau lancé en Asie

Atlantic propose des chauffe-eau de petites capacités en Inde et dans les pays d’Asie du Sud-Est. A l’instar du chauffe-eau Ondeo.

Comment adaptez-vous votre offre selon les pays ?

Nous commençons toujours par analyser le marché. Qui sont nos concurrents ? Que proposent-ils en termes de produits et de prix ? Quelles sont les énergies utilisées et favorisées dans le pays ? Quel est le contexte culturel ? Quelles sont les habitudes de chauffage et les attentes de la population locale ?

Par exemple, en Ukraine, nous commercialisons des chauffe-eau carrés. Car c’est une habitude culturelle en Europe de l’Est. En Inde et dans les pays d’Asie du Sud-Est, les habitants préfèrent quant à eux des chauffe-eau de petites capacités, à la fois pour des raisons  d’encombrement, mais aussi parce que l’appareil va être utilisé uniquement dans la salle de bains.

 

Altis-ecoboost - Convecteur design Ukraine

En Ukraine, le design et la puissance de chauffe priment en matière de confort thermique.

Les économies d’énergie et le confort thermique sont-ils des piliers de votre stratégie quel que soit le pays où vous vous trouvez ?

Ces deux thématiques intéressent tout le monde. Mais nos axes de  communication et notre offre varient selon les pays. Les Français apprécient par exemple les radiateurs chaleur douce. Alors que les Russes et les Ukrainiens recherchent surtout des appareils de chauffage design et puissants, permettant de chauffer plus rapidement.

En Europe de l’Est, l’esthétisme est clé. Si les Français installent généralement leurs chaudières et leurs chauffe-eau à la cave ou dans un placard de cuisine, les habitants d’Europe de l’Est les exposent au contraire avec fierté. L’appareil symbolise la réussite du foyer. Par conséquent, nous travaillons le design de nos produits différemment selon les pays.

 

Quels types d’énergies utilisent vos produits proposés à la vente à l’étranger ?

La France représente le premier marché de chauffage électrique au monde. Mais dans la plupart des autres pays, le gaz constitue la solution principale de chauffage. Le chauffage électrique est plutôt une solution d’appoint. Les Russes et les Ukrainiens achètent généralement des convecteurs électriques qu’ils utilisent en cas d’arrêt ou de panne du chauffage urbain. Ils privilégient les appareils sur pieds ou sur roulettes, pour pouvoir les déplacer facilement d’une pièce à l’autre.

Sous l’influence de la législation européenne, on assiste aussi au développement des énergies renouvelables. En Europe de l’Ouest, nous observons ainsi un démarrage sur les pompes à chaleur et les chauffe-eau thermodynamiques. Quant au solaire, il est très demandé dans le bassin méditerranéen, dans toute l’Afrique, le Moyen-Orient, les DOM-TOM et la Chine.

 

Le fait qu’Atlantic soit une marque française représente-t-il un avantage à l’export ?

Oui, c’est vraiment un argument de vente, en particulier en Asie et en Europe de l’Est. Nous y mettons donc en avant les notions de « French brand », de design français, de confort à la française ou encore de « French Lifestyle ».

Propos recueillis par Aurélie Charpentier © AdC

 

Les solutions Atlantic :

A lire aussi dans le Magazine :