le-magazine-atlantic-5-points-a-connai%cc%82tre-avant-de-changer-votre-chaudiereVotre chaudière est vieillissante et vous envisagez de la changer avant qu’elle ne vous fasse défaut ? Modèle, combustible, type d’émetteur, dispositif de régulation et aides financières possibles… Voici 5 points auxquels il est important de réfléchir pour bien choisir votre nouvel équipement. A la clé : jusqu’à 30 % d’économies d’énergie par rapport à votre ancien modèle.

1. Quel combustible choisir ?

Le choix du combustible va dépendre des énergies à votre disposition. La solution la plus simple et la moins coûteuse est de conserver votre énergie actuelle.

Ainsi, si votre maison est raccordée au gaz de ville, optez pour une nouvelle chaudière gaz. Si vous avez une chaudière fioul, sachez que les nouveaux modèles à condensation sont bien plus économiques que les modèles standards.

Vous recherchez un produit utilisant une énergie renouvelable ? Choisissez une chaudière bois, à buches ou à pellets, très économiques à la consommation.

Enfin, n’hésitez pas à vous renseigner auprès d’un installateur compétent sur les modèles hybrides, fonctionnant avec plusieurs énergies différentes.

2. Quel modèle choisir ?

Que vous soyez chauffé au gaz ou au fioul, préférez les chaudières à condensation. Vous réaliserez jusqu’à 30 % d’économies sur vos factures de chauffage par rapport à des modèles standards. Côté travaux, votre artisan l’installera en lieu et place de votre appareil vieillissant. Il n’y a donc pas de gros travaux à prévoir.

Si vous êtes au gaz, vous avez le choix entre une chaudière au sol ou murale. Optez pour une murale si vous manquez de place ou si vous souhaitez en récupérer pour gagner de l’espace de rangement. Les propriétaires d’une grande maison préféreront les modèles au sol.

Du côté des chaudières bois à bûches, vous avez le choix entre des modèles en tirage naturel (moins chers à l’achat) ou en tirage forcé (plus haut de gamme). Dans le premier cas, vous devrez penser à recharger régulièrement votre appareil en bûches. Dans le deuxième cas, votre chaudière sera plus autonome et vous aurez besoin de la recharger en combustible moins fréquemment.

Pensez également aux modèles hybrides. Plus chers à l’achat, ils sont plus économiques à l’utilisation et plus écologiques. Les chaudières hybrides sont composées d’une chaudière gaz ou fioul et d’une pompe à chaleur. A la clé : jusqu’à 60 % d’économies sur vos factures d’énergie.

3. Quel(s) type(s) d’émetteurs choisir ?

Si vous changez votre chaudière, il peut être bénéfique de vérifier également le bon fonctionnement et la performance de vos émetteurs de chaleur. Vous maximiserez ainsi vos économies d’énergie

Vous avez opté pour une chaudière à condensation (gaz ou fioul) ? Vérifier que vos radiateurs sont bien basse température. Ainsi les performances de la condensation seront pleinement optimisées.

Vous avez choisi une chaudière bois à bûches ? Si elle fonctionne avec tout type d’émetteurs de chaleur, il est cependant préférable d’être équipé en appareils basse température pour réaliser le maximum d’économies d’énergie.

Un vrai gain de place avec la chaudière murale gaz Naia, d'Atlantic

Un vrai gain de place avec la chaudière murale gaz Naia, d’Atlantic

 

4. Quel dispositif de régulation choisir ?

De nombreux modèles de chaudières disposent dorénavant de systèmes de programmation intégrés. Privilégiez ceux-ci pour une simplicité d’utilisation et une maximisation de vos économies d’énergie. Vous pourrez ainsi programmer au mieux votre chaudière en fonction de vos besoins et de votre rythme de vie, définir votre température de consigne, ou encore programmer vos départs et retours de vacances.

Dernières innovations en la matière : la connectivité, qui permet de piloter votre chaudière à distance, grâce à des applications dédiées disponibles sur smartphones ou tablettes.

5. A quelles aides financières avez-vous droit ?

Attention, si elles sont moins chères à l’achat, les chaudières basse température ne sont pas éligibles aux aides financières, car moins performantes ! Il est donc préférable d’opter pour une chaudière à condensation, certes plus coûteuse à l’achat mais plus économique à l’utilisation. Les chaudières à condensation les plus performantes vous feront bénéficier d’aides financières non négligeables : le crédit d’impôt pour la transition énergétique de 30 %, les Certificats d’économies d’énergie (CEE), l’éco-prêt à taux zéro, ainsi que la TVA à taux réduit. Il en va de même pour la chaudière bois.

Enfin, n’oubliez pas de regarder l’étiquette énergétique des chaudières. Obligatoire, cet étiquetage vous permet de connaître la classe d’efficacité énergétique des appareils, leur puissance thermique ou encore leur niveau sonore. Pratique pour comparer les produits entre eux !

Aurélie Charpentier © AdC

Les solutions Atlantic :

A lire aussi dans le magazine :